Barbara Romagnan, députée socialiste de 2012 à 2017, raconte dans un livre le processus qui l’a conduite à contester la politique menée par François Hollande.

Par Abel Mestre Publié hier à 07h00, mis à jour hier à 12h43

Temps de Lecture 2 min.

Article réservé aux abonnés

Livre. C’est l’histoire d’une rupture. Celle d’une militante socialiste « de toujours » d’avec une partie de sa famille politique. Barbara Romagnan, ancienne députée frondeuse, raconte dans un livre le processus qui l’a conduite à contester la politique menée par François Hollande, lorsqu’il était président de la République. Un chemin semé de déceptions et de trahisons, selon l’auteure. « Assez rapidement [après l’élection de François Hollande, en 2012], j’ai eu des désaccords avec la majorité socialiste à laquelle j’appartenais. L’essentiel de ces désaccords était fondé sur ce que j’ai vécu comme une rupture de contrat pris avec les citoyens au moment de l’élection, le reste me semblait en contradiction avec les valeurs et les combats de la gauche », avertit-elle dès les premières pages de ce petit ouvrage écrit d’une plume alerte.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les frondeurs du Parti socialiste, traîtres et héros

« Le quinquennat de François Hollande a été un moment particulièrement douloureux et triste de l’histoire du pays et de la gauche »

Tout le livre est d’ailleurs construit sur les raisons de la fronde d’une partie des députés socialistes face aux politiques menées par des gouvernements issus de leur propre formation, le Parti socialiste. C’est d’ailleurs l’un des intérêts de Mon pays me manque : pour la première fois, une des parlementaires « rebelles » explique longuement ce cheminement, qui fut pour beaucoup vécu comme une déchirure. C’est aussi une réponse au livre de François Hollande, Les Leçons du pouvoir (Stock, 2018), où l’ancien chef de l’Etat a un jugement très sévère sur les « frondeurs ». Mme Romagnan résume : « Le quinquennat de François Hollande a été un moment particulièrement douloureux et triste de l’histoire du pays et de la gauche. »

« Un tournant sécuritaire »

Pour expliquer cette cassure, il faut revenir au lendemain des attentats de novembre 2015 et à la prolongation de l’état d’urgence. « Un tournant sécuritaire, une politique de la peur », pour l’ancienne députée du Doubs. Elle détaille, sur plusieurs pages, les raisons de son vote « contre » et les conséquences de celui-ci vis-à-vis de ses camarades, mais aussi de ses électeurs.

Dans l’esprit de Mme Romagnan, une chose est sûre : c’est François Hollande qui a préparé l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron et qui a posé les premiers jalons d’une politique qui, selon l’auteure, n’a plus rien à voir avec la gauche. Outre les questions économiques, elle pense notamment à celles concernant l’immigration, les réfugiés et l’asile, mais aussi la laïcité et la conception de la République.

Read More

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here