BNP Paribas va supprimer 500 postes en France dans sa filiale de conservation de titres

BP2S va perdre 20 % de ses effectifs dans l’Hexagone d’ici à 2021. Le groupe accélère les transferts de postes vers des pays à moindres coûts salariaux, en particulier le Portugal.

Par Véronique Chocron Publié hier à 09h03, mis à jour hier à 09h20

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

COLCANOPA

La chasse aux économies, à l’œuvre dans toutes banques européennes, ne va pas épargner les salariés de BNP Paribas. La banque avait d’ailleurs envoyé des signaux en ce sens en début d’année, à l’occasion de la présentation de ses comptes annuels. Après avoir annoncé, le 6 février, des résultats en repli et la nécessité de revoir à la baisse une partie des objectifs financiers de son plan stratégique à l’horizon 2020, BNP Paribas avait promis un programme de réduction de coûts de plusieurs centaines de millions d’euros.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les banques européennes suppriment des milliers d’emplois et délocalisent

C’est dans ce contexte que le groupe a annoncé, au niveau interne, une importante réduction des effectifs implantés en France de sa filiale BP2S (BNP Paribas Securities Services). Cette entité joue le rôle de banque des investisseurs institutionnels – gestionnaires de fonds, assureurs, fonds souverains, fonds de pension, banques et entreprises. Le métier demeure largement inconnu du grand public, mais il sous-tend les investissements de ces mastodontes, en assurant la gestion de leurs comptes titres, en conservant leurs actifs et en traitant leurs opérations, après la négociation de leurs transactions sur les marchés.

Interrogée, la banque déclare vouloir préserver la compétitivité de BP2S, « confrontée à une pression concurrentielle mondiale accrue et à un contexte de taux bas »

Sur ce créneau, BNP Paribas revendique le rang de cinquième acteur mondial, et de « premier non américain », avec près de 13 000 milliards d’euros d’actifs en conservation et sous administration. Le groupe a pourtant décidé de restructurer cette activité dans l’Hexagone. Le programme « Diamond » (« diamant ») prévoit de passer de 2 531 postes fin 2018, à une fourchette comprise entre 1 985 et 2 085 collaborateurs en 2021, soit une réduction de 446 à 546 postes en trois ans, et donc une baisse d’environ 20 % des effectifs, selon un document dont Le Monde a obtenu copie. Les salariés ont été informés à l’issue d’un comité d’entreprise qui s’est tenu le 5 juin.

Dans un message qui leur a été adressé, la direction estime que « cette évolution des effectifs en France est rendue nécessaire par la forte pression sur notre coefficient d’exploitation [cet indicateur mesure la part des gains réalisés par l’établissement absorbée par les coûts fixes] et le durcissement des conditions de marché ». Interrogée, la banque déclare vouloir préserver la compétitivité de BP2S, « confrontée à une pression concurrentielle mondiale accrue et à un contexte de taux bas ».

Read More

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here