Un tiers des automobilistes envisagent de ne plus posséder de voiture individuelle

52 % des 1 500 urbains interrogés par l’IFOP dans le cadre de cette enquête considèrent que la réduction de la place de la voiture dans le pays est une bonne chose.

Par Éric Béziat Publié aujourd’hui à 09h06, mis à jour à 16h34

Temps de Lecture 2 min.

Des automobilistes coincés dans des embouteillages, sur l’A7, près de Vienne (Isère), en août 2018.
Des automobilistes coincés dans des embouteillages, sur l’A7, près de Vienne (Isère), en août 2018. PHILIPPE DESMAZES / AFP

Ils vivent dans une ville, grande ou moyenne, possèdent une, voire plusieurs automobiles et en sont arrivés à se demander s’ils allaient ranger leur « bagnole » au rang des souvenirs. Selon un sondage IFOP réalisé en janvier et dévoilé jeudi 11 avril, 32 % des automobilistes français urbains se disent prêts à se passer de leur voiture.

C’est le principal enseignement d’une enquête commandée par la société de location Sixt, qui crée pour l’occasion un Observatoire des mobilités partagées et des multimodalités. L’étude a été menée auprès de 1 500 urbains adultes vivant dans des communes de plus de 20 000 habitants. Les automobilistes qui ont répondu, possesseurs d’un ou deux véhicules, représentent 86 % de l’échantillon, soit plus de 1 200 personnes.

52 % des Français considèrent que la réduction de la place de la voiture dans le pays est une bonne chose

A vrai dire, la voiture individuelle garde tout son attrait pour beaucoup, puisque les deux tiers des automobilistes ne souhaitent pas s’en passer. L’étude fait même apparaître une fracture entre les Français : une courte majorité (52 %) considère que la réduction de la place de la voiture en France est une bonne chose, quand 14 % pensent l’inverse et que 34 % n’ont pas d’avis.

« Un irremplaçable outil de mobilité »

Alors par quoi la remplacer, cette automobile ? Sans hésiter, les sondés répondent le transport en commun à 47 %, puis, dans l’ordre, les « mobilités douces » (vélo, trottinette), le covoiturage, les voitures en libre-service et celles de location.

« Les voitures individuelles sont utilisées en moyenne une heure sur vingt-quatre, seulement 4 % du temps », rappelle Jean-Philippe Doyen, président de Sixt France.

« Cette enquête nous montre que six Français urbains sur dix se vivent comme dépendants de leur voiture, souligne M. Doyen. D’abord parce qu’elle est perçue comme un irremplaçable outil de mobilité, vecteur de gain de temps et de liberté. Mais aussi par défaut, 42 % des automobilistes disant l’utiliser par manque de transports alternatifs. Et 95 % d’entre eux avouent rencontrer des freins à l’utilisation d’un véhicule automobile, parmi lesquels figurent d’abord le coût, les problèmes de congestion du trafic et les difficultés de stationnement. »

Lire l’entretien : « La voiture est le dernier bastion des libertés individuelles »

Les résultats de ce sondage devaient être présentés le 11 avril à l’Assemblée nationale, à un groupe de députés, lors d’un petit-déjeuner. L’occasion pour M. Doyen de plaider la cause de la voiture partagée, Sixt ayant créé en 2018, comme la plupart de ses concurrents loueurs, une division autopartage dédiée à la mobilité automobile urbaine de très courte durée.

L’Assemblée va, en effet, examiner avant l’été la loi d’orientation des mobilités (LOM), texte multiforme mais dont l’un des objets est de faciliter les alternatives au tout voiture dans l’ensemble du territoire.

« A la mairie de Paris, on estime qu’un véhicule en autopartage peut remplacer jusqu’à six voitures individuelles, explique M. Doyen. Ce qui est certain, c’est que le taux d’utilisation sera largement supérieur à celui d’une voiture individuelle. Mais, il faut pour cela – et l’étude le montre – fluidifier l’accès des citoyens à ces véhicules alternatifs, par exemple en facilitant leur stationnement en ville. »

Éric Béziat

Read More

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here